UNE VIE DE LABEUR

« Voici mes mémoires… Ma vie ressemble à ces films où tout arrive et où l’on oublie tout pour ne voir que deux êtres heureux qui vont s’aimer et avoir beaucoup d’enfants. Moi, je n’ai pas oublié. Entre le 28 avril et le 5 juin 1945, j’ai connu à la fois mes plus mauvais et mes meilleurs jours… »

Papa est mort le 1er juillet 2000. Je savais qu’il était en train d’écrire… Après son décès, le manuscrit est un peu passé de mains en mains. C’est à la disparition de ma mère, le 2 mai 2015, que j’ai ressenti le besoin d’en faire quelque chose… Faire éditer son manuscrit était le voeu de papa, il désirait qu’il soit transmis à ses enfants. Même si c’est sur le tard, voilà qui est fait et je suis heureuse pour lui.

Patricia Travers, fille cadette de Robert Bardina, m’a confié la retranscription de l’incroyable témoignage de son père, qui a vécu l’une des périodes les plus sombres de l’Histoire : un récit d’une précision, d’une intensité et d’une humanité incroyables qui mériterait d’être lu de tous.

Menu