La thérapie par l’écriture

Et si l’écriture permettait de panser ses blessures ? En mettant des mots sur les maux, on verbalise ce qui nous paralyse. Dès lors que les épreuves sont exprimées, les plaies peuvent se refermer. Accompagner vers la reconstruction, c’est le meilleur sens que je pouvais donner à mon action

Je ne suis pas thérapeute, encore moins psychologue, tout au plus une sorte de « coach », bien que je déteste ce mot, aujourd’hui tant galvaudé. Un jour, une participante à un atelier m’a qualifiée « d’accoucheuse de mots » : j’ai beaucoup aimé. Une sorte de sage-femme de l’écriture… Je suis là, dans un petit coin, prête à donner le coup de main qui vous fera du bien. A donner vie à ce qui est enfoui.

A votre écoute

Si j’ai choisi de parler de ce sujet aujourd’hui, c’est parce que contrairement à ce que j’imaginais, il occupe désormais une grande place dans ma vie. J’exerce le métier de biographe avec ma tête mais aussi beaucoup, mon cœur. En faisant fusionner ma passion pour les mots, l’écriture, mon intérêt pour autrui et mon désir d’aider. J’ai sans doute trop tardivement accepté mon hypersensibilité mais désormais, je la mets au service de mon activité. Cette capacité à capter les émotions, à percevoir ce qui se cache derrière le miroir est difficile à expliquer… J’ai toujours aimé observer et écouter.

Un espace de liberté

Lorsque j’ai créé les ateliers d’écriture « Récit de vie », j’ai tâtonné : une nouvelle forme d’atelier, non pas pour apprendre à écrire mais pour oser s’exprimer avec authenticité. Il y a ceux qui veulent faire resurgir leurs souvenirs, bons ou mauvais. Et puis ceux ou celles qui ont une douleur à exorciser. Le besoin est tellement fort, l’attente tellement réelle, que je ne suis que le bouton sur lequel appuyer pour tout déclencher. Ensemble, nous levons tous les verrous : aucun frein, aucune contrainte, l’atelier d’écriture est un espace de liberté. Ecrire sous forme de lettres, de poèmes ou de prose ; s’adresser à un inconnu, à sa maman, à ses enfants ou à des soignants ; produire un long texte ou seulement quelques lignes… Tout est possible !

J’accompagne en ce moment une quinzaine de projets liés à la maladie ou à l’accident. La reconstruction de ces femmes, de ces hommes passera par l’écriture. Coucher sur papier ce qui a tout bouleversé. Pour ouvrir un nouveau chapitre. A chaque séance, ils prennent confiance pour se livrer à la confidence. Laisser couler leur plume.

Ecrire et guérir

Je reçois chaque semaine beaucoup d’écrits, que je lis avec émotion et qui m’encouragent à poursuivre ma mission. Ecrire et guérir. Vers l’avenir.

Est-il légitime de parler de soi ?
Un temps pour soi, avec les autres
Menu